Que sont-ils devenus ?

Retrouvez toutes les informations concernant les joueurs passés par le SC Air Bel.

elisha

Que le temps passe vite ! Elisha Owusu n’était encore qu’un enfant lorsqu’il a débuté le football au Sporting Club Air Bel. Mais déjà ses qualités avaient rapidement sauté aux yeux des habitués du Stade de La Pomme. A tel point que l’Olympique de Marseille s’intéressait de très près au jeune joueur. Finalement, l’OM se rétractait au dernier moment et Elisha fut orienté vers un club partenaire de l’Olympique Lyonnais. Avant de rejoindre la formation de Ligue 1 en 2010.

Quelques années plus tard, à force de travail et de persévérance, le milieu de terrain né en 1997 a décroché son premier contrat professionnel d’une durée de trois ans avec l’Olympique Lyonnais ! Une signature effectuée aux côtés du président Jean-Michel Aulas comme l’illustre un cliché publié par l’Olympique Lyonnais.

« C’est évidemment un grand moment dans ma carrière. Je repense aujourd’hui à tous les moments forts de ma jeune carrière : les bons comme le titre de champion de France U17 avec l’OL en 2014 et les moins bons comme ma grave blessure l’an passé avant le quart de finale de Coupe Gambardella contre Brest », a déclaré Elisha dans des propos relayés par le site internet de l’OL.

Le Sporting Club Air Bel félicite chaleureusement Elisha pour ce moment important de sa jeune carrière !

lamloum

Mohamed Lamloum, responsable foot animation de l’ES La Ciotat, nous a livré ses souvenirs du Sporting Club Air Bel à l’occasion de la SCAB Cup 2016.

Le week-end dernier, l’ES La Ciotat prenait part à la SCAB Cup 2016. Parmi les dirigeants du club ciotaden, on pouvait noter la présence de Mohamed Lamloum, responsable foot animation au sein de l’ES La Ciotat et…ancien éducateur du Sporting Club Air Bel. Forcément, lorsqu’on lui évoque son passé avec le SCAB, les souvenirs fusent.

« J’ai fait cinq années à Air Bel, c’est toujours un plaisir de revenir ici. J’ai gardé de bons rapports avec le club, le président Chaib Draoui et le directeur sportif Franck Tognarelli sont des amis », confie l’intéressé. Durant sa période airbeloise, Lamloum a eu en charge les U19 Honneur, Pré-Excellence, DHR et DH.

Certains de ses anciens joueurs sont désormais des éducateurs au sein du SCAB et visiblement Lamloum n’est guère surpris. « J’ai eu le plaisir des coacher des jeunes comme Kamel et Yassine qui sont désormais des entraîneurs. Ils avaient déjà l’âme d’un coach à l’instar d’un Kamel Azouni qui fut capitaine dans toutes les équipes où il est passé», juge-t-il.

Avant de repartir observer les performances des U10 de La Ciotat durant le tournoi qualificatif de la SCAB Cup, Lamloum a tenu à adresser ses compliments envers un éducateur airbelois en particulier : « Je profite de l’occasion pour tirer un grand coup de chapeau à Dalin. Il est très jeune et a réussi à créer de l’engouement et un rassemblement régional autour de la SCAB Cup ! ».

OGonzalez
Oumar Gonzalez, ancien pensionnaire du Sporting Club Air Bel, va connaître une nouvelle étape dans sa jeune carrière. Le jeune défenseur de 18 ans a en effet été prêté par le FC Metz (Ligue 1) au SAS Epinal (National) pour cette saison 2016-2017.

L’occasion pour notre ancien joueur d’engranger de l’expérience. Le SCAB souhaite bonne chance à Oumar pour sa nouvelle aventure !

Piperoglou
Ancien membre du staff du Sporting Club Air Bel, Nicolas Piperoglou fait désormais partie de la cellule de recrutement du Sporting Club Bastia (Ligue 1). L’observateur de la formation corse nous en dit plus sur sa fonction et évoque les éléments nécessaires pour avoir une chance d’intégrer le centre de formation d’un club professionnel.

Vous êtes désormais observateur au sein du Sporting Club de Bastia. En quoi consiste votre rôle ?

J’ai été membre de la cellule de recrutement des Girondins de Bordeaux douze ans auparavant. Ensuite j’ai fait quasiment dix ans au Football Club de Metz. Quand j’ai démissionné récemment du club messin, j’ai été sollicité par le SC Bastia pour prendre en charge une fonction d’observateur.
Nous sommes des personnes qui avons comme fonction de voir des joueurs qui ont le potentiel pour intégrer des structures de formation de haut niveau, à travers une scolarité et un comportement et des valeurs. A partir du moment, où tous ces feux sont au vert, on présente le joueur au staff technique des clubs selon les besoins et à ce moment-là, une opération de recrutement est réalisée.

Quand vous êtes observateur, qu’est-ce que vous regardez en premier ?

On a des critères techniques de qualité qui font partie de l’évaluation du potentiel du joueur. Ensuite, il faut que la faisabilité d’intégrer un centre se fasse à partir de la volonté du joueur et de sa famille. Parfois, ce n’est pas évident car les parents ne veulent pas se séparer de leurs enfants. Il faut avoir des qualités d’efforts sportifs et scolaires. Sans scolarité, le football n’existe plus. C’est fini le temps où on fermait les yeux sur le comportement d’un joueur qui marquait 5 buts par match. Il faut avoir une présence scolaire très importante.
Sans oublier les valeurs, prenons l’exemple de l’OM : des bons joueurs ont été évincés. Quand un joueur fait une bêtise aujourd’hui, il dégage.

« Une relation émotionnelle avec Air Bel »

Les clubs sont donc de plus en plus intransigeants dans ce domaine ?

Ce qui est douloureux, c’est que ce sont des jeunes qui sont dans des contextes très difficiles. Je suis admiratif de ces jeunes qui font beaucoup de sacrifices pour une réussite éphémère et incertaine. Demain si vous voulez être charcutier, un artisan vous apprendra le métier, vous irez à l’école et si vous travaillez bien, vous deviendrez charcutier, peintre ou autre. Aujourd’hui pour être footballeur, vous faites le même parcours, ensuite c’est le football qui décide si vous avez le niveau ou pas. Ce n’est pas forcément par rapport à vos qualités et vos efforts. Le football choisit votre pied à l’étrier, c’est très compliqué…

Dans le cadre de vos missions d’observateur, on vous a parfois vu au Stade de la Pomme. Quel est votre lien avec le SCAB ?

Je suis un des rares pour ne pas dire le seul observateur qui ait eu une activité de dirigeant d’une équipe élite au sein du Sporting Club Air Bel. Quand on avait le siège encore en plein milieu de la cité, à côté du snack, j’étais adjoint de l’équipe U13 où on a eu une réussite exceptionnelle durant une année avec des joueurs comme Yannick Sagbo. J’ai eu le privilège de connaître le club à ses débuts. Je connais le président Chaib Draoui depuis l’époque où il était joueur aux SO Caillols. J’ai une relation émotionnelle avec le club.

Cela m’a énormément pénalisé dans mon travail car on dit toujours que je faisais tout pour faciliter certaines choses à Air Bel. Alors que par respect, je n’ai jamais fait quoi que ce soit pour biaiser ou favoriser Air Bel. J’ai la même position qu’avec les autres clubs, avec certes beaucoup de rapprochement mais ça on ne peut pas le lever car j’ai vécu des moments extraordinaires à Air Bel. Il faut avoir une mémoire historique !
Air Bel, c’est un club qu’on ne présente pas. C’est un club qui a eu énormément de réussite concernant les joueurs qui composent ses effectifs. Ce qui a permis d’avoir cette renommée et il y a surtout un gros travail réalisé en amont. Je dis souvent qu’un grand club, ça ne peut être qu’un grand président et Chaib Draoui fait partie de cette catégorie. Il sait gérer sa strucutre avec beaucoup de justice et sait transmettre cet esprit de famille.

FCMetz
Comme Mehmet Arslan ou encore Oumar Gonzalez, un nouvel élément du SCAB va rejoint le FC Metz. Ali Baco Nawfal, élément évoluant habituellement en U15 DHR, va en effet intégrer le centre de formation des Grenats. Avant de partir, notre jeune joueur a pris le temps de poser avec ses coéquipiers pour une photo souvenir.
Le Sporting Club Air Bel lui souhaite bonne chance pour la suite de son parcours !

Credits Photo : Toulouse FC

Credits Photo : Toulouse FC

Outre Zinédine Machach, un autre élément du Toulouse FC est passé par le Sporting Club Air Bel avant de rejoindre le TFC : il s’agit du jeune milieu de terrain Fares Nedjadi. Ce dernier évolue actuellement au sein de l’équipe U19 des Violets et vient par ailleurs de faire l’objet d’une interview sur le site internet du club.
« Ambitieux et volontaire », Nedjadi a effectué des « progrès constants » à en croire le site officiel de la formation de Ligue 1. Et on ne peut que souhaiter à notre ancien élément de poursuivre sur cette dynamique !

===> Consulter l’intégralité de l’interview sur le site du Toulouse FC <===

Arslan
Certains anciens éléments du Sporting Club Air Bel sont devenus des joueurs professionnels à l’image de Yannick Sagbo (Umm Salal, Qatar), Steven Fortes (Le Havre, Ligue 2) ou encore Zinédine Machach (Toulouse, Ligue 1). D’autres poursuivent tranquillement leur formation.

C’est le cas notamment de Mehmet Arslan. Après avoir évolué au SCAB en U15 DHR (1ere année) et DH (2e année) sous les ordres de Franck Tognarelli, le jeune milieu de terrain a rejoint le FC Metz, formation de Ligue 2.
Avec les U19 Nationaux du club lorrain, Arslan s’éclate cette saison : le FC Metz est en effet premier de son championnat et est toujours en lice en Coupe Gambardella. Ainsi, de beaux challenges sportifs attendent Arslan lors des prochaines semaines !

Credits : Red Star FC

Credits : Red Star FC

Albert Rafetraniaina, passé par les catégories de jeunes du Sporting Club Air Bel, quitte l’OGC Nice de manière temporaire. Sur son site officiel, la formation de Ligue 1 a annoncé le prêt jusqu’à la fin de la saison du milieu de terrain de 19 ans au Red Star, actuellement 5e de Ligue 2. On souhaite bonne chance à « Toki » !

Fortes1

Formé par le Sporting Club Air Bel, Steven Fortes a parcouru du chemin ces dernières années. Le défenseur de 23 ans est désormais le capitaine du Havre (Ligue 2) et a même connu la joie de représenter l’équipe nationale du Cap-Vert. L’ancien joueur du SCAB revient sur son parcours et se livre sans concession !

 Bonjour Steven, tout d’abord faisons un point sur ta saison avec Le Havre. Ton équipe est 4e de Ligue 2 et de ton côté, tu es capitaine avec 17 titularisations en championnat cette saison (ndlr : entretien réalisé avant la 20e journée). Comment tu juges cette première partie de saison ?

Cette première partie de saison est assez positive dans le sens où nous sommes 4es du championnat. On a connu des hauts et des bas. Avant que l’équipe soit à cette place, on a connu un moment où ce n’était pas facile avec une série de 5-6 matchs sans victoire, au point de se retrouver à 2-3 points de la zone de relégation. Nous avons su relever la tête. Dans le même temps, on a connu beaucoup de changements avec un nouveau président et un nouveau coach. Nous sommes 4es et on compte bien y rester voire aller plus haut.

Cette saison, tu as connu un petit événement en inscrivant le premier but en Ligue 2 de ta carrière face à Dijon en septembre dernier (voir vidéo plus bas). Est-ce que c’est un soulagement ? Tes coéquipiers t’ont chambré ?

Ce n’est pas forcément un soulagement car ce n’est pas mon objectif premier. Après oui, j’ai été assez chambré par mes collègues. J’entamais ma 3e année en pro et je n’avais toujours pas marqué, si ce n’est 2-3 buts contre mon camp ! Ça soulage oui et non car ça fait du bien de marquer mais ce n’est pas le plus important.

Passons désormais au volet international. Tu as connu ta première sélection en mars dernier face au Portugal avec en prime une victoire 2-0. Le fait de se retrouver face à joueurs qui jouent dans les plus grands clubs européens doit être un moment un assez spécial…

C’est clair que ça fait quelque chose, même s’il manquait quelques joueurs du côté du Portugal. Pour l’anecdote, les Portugais avaient joué deux jours avant et étaient obligés de respecter les 72 heures de repos préconisés par la FIFA. Du coup, les Cristiano Ronaldo, Nani, etc… n’avaient pas joué contre nous. Cependant, dans l’équipe alignée, il avait Lopes de Lyon, Silva de Monaco, Hugo Almeida, qui sont des noms connus sur la scène internationale. C’est clair que ça fait bizarre. Il y a quelques années, on les voyait à la TV. Ca fait énormément plaisir de représenter son pays.

Par la suite, tu as connu ta deuxième sélection en juin dernier lors d’un match à domicile face à Sao Tomé-et-Principe pour le compte des éliminatoires de la CAN 2017. Défendre les couleurs de ton pays à domicile, ça doit être fort ?

La première fois que j’ai joué avec le Cap-Vert, quand on a chanté l’hymne, même si moi je ne le connais pas, ça fait chaud au cœur. On se dit qu’on représente tout un pays, ça fait quelque chose. A domicile, au Cap-Vert, c’était encore plus impressionnant. Tout le stade, même s’il n’était pas entièrement rempli, chantait l’hymne. On se sent porté, idolâtré par ces gens-là. Je ne suis qu’un jeune qui jouait en DH, il y a deux ou trois ans et je me retrouve avec des gens qui sont prêts à nous supporter jusqu’à la mort. Ça fait un gros changement, c’est inexplicable.

« Air Bel ? Ce sont mes plus belles années ! »

Revenons sur ton passage à Air Bel. Tu es passé par le SCAB de la catégorie U13 jusqu’à à la catégorie U19. Quel souvenir tu en gardes ?

De très bons souvenirs. Ce sont mes plus belles années durant ma jeunesse. Aujourd’hui, je suis pro mais je me rappelle de certains moments à Air Bel. Le stade de la Pomme était loin de chez moi, du coup j’ai connu des moments galères qui ont construit ma jeunesse. Je n’avais pas le permis, parfois je prenais les transports en commun, on me ramenait, parfois je venais directement de l’école… ce sont plein de petits trucs que je ne retrouve pas et qui me manquent dans un sens. Aller aujourd’hui à l’entrainement avec sa sacoche et sa voiture c’est mieux mais ces moment-là ont construit ma vie. J’ai connu des amis et de très bons entraîneurs. C’est là où j’ai vraiment fait mes classes.

Est-ce qu’il y a un match, un événement, une personne qui t’marqué durant ton passage ?

Franck Tognarelli (ndlr : le directeur sportif du SCAB) ! Je l’avais connu à Bonneveine. Quand il a quitté le club pour rejoindre Air Bel, nous étions 6 ou 7 joueurs à l’avoir rejoint. Franck, c’est le premier entraîneur avec qui j’ai fait des essais dans des clubs, aller dans des centres de formations. Je suis toujours en contact avec lui d’ailleurs. J’ai connu aussi un entraîneur en U15 il me semble, Amar. Comme Franck, ce sont des personnes qui m’ont marqué par rapport à la confiance qu’ils m’ont donné, la progression que j’ai eu.

A 23 ans, tu joues en Ligue 2 et tu es international. Quelle sont désormais tes ambitions pour la suite ?

Mon ambition est d’aller voir plus haut. Comme je le dis souvent, je viens de nulle part. C’est peut-être un handicap tactiquement et techniquement par rapport à des joueurs issus d’un centre de formation mais j’en fais ma force. Je sais comment j’ai galéré pour en arriver là. Je me battrais pour aller le plus haut possible. On verra où mes jambes me mèneront. Je veux en tout cas remercier Air Bel pour ce qu’ils m’ont apporté durant ces 5-6 années. Je n’oublie pas ce club !

Le but de Fortes contre Dijon (à partir de 1:30) :

FranceFoot
Depuis fin octobre, le joueur formé par le SC Air Bel, Zinédine Machach, a été titularisé à 8 reprises toutes compétitions confondues avec Toulouse. Le milieu de terrain de 19 ans s’impose progressivement au sein de l’équipe première du TFC. L’hebdomadaire France Football a d’ailleurs décidé de le mettre en avant sur son site internet. Retrouvez l’article complet en cliquant ici.